Bande riveraine.

11_5a340248eeb4576964edb2cc026c5b1b

11_3d450f6da19dd99ca5a2c4e7a0407efa

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Liste d'arbustes importants pour la protection de la bande riveraine:

ARBUSTES 2015

  • La bande riveraine et les différentes façons des protéger, cliquez sur le lien suivant:
    BANDE RIVERAINE
  • Renaturalisation avec des plantes appropriées, cliquez sur le lien suivant: Renaturalisation
  • Pelouse à 10 ou 15 mètre sur les rives de votre lac: PELOUSE        L'aménagement idéal d'un bord de l'eau : BORD DE L'EAU
  • Revégétaliser la bande riveraines, c'est important: BANDE RIV

 

Article de journal paru en septembre 2016 sur la bande riveraine:

http://www.lapresse.ca/la-voix-de-lest/actualites/201609/27/01-5025071-les-plus-values-des-bandes-riveraines.php

Nouvel outil de référence incontournable: 

http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/

La Bande Riveraine (Définition selon Gagnon E. et al, 2007)

…On appelle bande riveraine, un couvert végétal permanent composé d’un mélange de plantes herbacées, d’arbustes et d’arbres adjacents à un cours d’eau ou à un lac. Les bandes riveraines assurent la transition entre les écosystèmes aquatiques et terrestres. Parce qu’elles font la jonction entre ces deux milieux différents et qu’elles subissent de nombreuses perturbations naturelles, les bandes riveraines sont particulièrement dynamiques et diversifiées.
Cette grande diversité s’explique par la juxtaposition de trois écosystèmes (aquatique, riverain et terrestre) sur une superficie relativement restreinte, par la présence d’eau, de nourriture et d’un couvert protecteur, par la diversité de structure de la végétation, par l’importance de l’effet de lisière créé par les écotones et par la variabilité des conditions au gré des saisons. On doit toutefois noter que pour jouer pleinement ces rôles, les bandes riveraines doivent être suffisamment larges, comporter trois strates – herbacée, arbustive et arborescente – et être composées d’espèces indigènes… (Selon la Politique de Protection des rives, du littoral et des plaines inondables du gouvernement du Québec, la rive protégée devrait avoir une largeur minimale de 10 mètres lorsque la pente du terrain est inférieure à 30 %. Lorsque cette pente est plus abrupte (plus de 30 %), la protection minimale devrait alors s'étendre à une largeur de 15 mètres. ) …Les bandes riveraines peuvent remplir plusieurs fonctions importantes que nous regroupons en deux classes, soit la prévention ou la réduction de la contamination de l’eau (fonction d'assainissement) et la protection des habitats aquatiques et riverains (fonction écologique). Les bandes riveraines représentent à la fois un habitat pour la faune et la flore, un écran contre le réchauffement excessif de l’eau, une barrière contre les apports de sédiments dans les plans d’eau, un rempart contre l’érosion des sols et des rives, un régulateur du cycle hydrologique, un filtre contre la pollution de l’eau et un brise-vent naturel. Elles jouent également un rôle important dans la protection de la qualité esthétique du paysage….

Projet de Revégétalisation

Une étude commandée par l’ARRLJ en 2004, nous apprenait que la bande riveraine de 150 des 180 propriétés résidentielles riveraines du lac ne répondaient pas à la définition citée ci-haut; 93 d’entre elles étaient complètement artificialisée, la balance l’étant partiellement. (Pelletier et al 2004).

Les années qui suivirent donnèrent lieu à plusieurs initiatives de sensibilisation et de distribution d’arbres. En 2009, grâce aux contributions financières obtenues d’Environnement Canada(http://www.ec.gc.ca/ecoaction/), des trois municipalités riveraines et du soutien logistique du Groupe de concertation des bassins versants de la zone Bécancour (GROBEC), un vaste projet de caractérisation et de revégétalisation de la bande riveraine a vu le jour.

Ce projet, réparti sur deux ans, a comme objectif d’établir en 2009 l’inventaire des besoins en arbres et arbustes nécessaires à la revégétalisation d’une bande d’au moins 5 mètres sur chacune des propriétés riveraines.
Procéder à l’achat et la distribution en 2010 d'au moins 2000 arbustes, qui serviront à revégétaliser une bande de cinq mètres sur les 30 terrains les plus artificialisés.

Le rapport produit par la chargée de projet bande riveraine embauchée par l’ARRLJ (Gagné Mélanie, 2009) nous apprend que sur les 193 propriétés caractérisées, 85 sont complètement artificialisée, alors que 83 le sont partiellement, ce qui représente une légère diminution du nombre de terrains complètement artificialisés, par rapport à 2004.

Au cour de l’été 2009, 81 riverains ont été personnellement rencontrés par la chargée de projet. De ce nombre, 40 ont manifesté le désir de bénéficier d’un schéma d’aménagement des cinq premiers mètres de leur bande riveraine. Ce schéma comprend un plan à l’échelle de la bande riveraine, une liste ainsi que le nombre de végétaux nécessaires à la revégétalisation

Quant à la commande d’arbustes, 49 riverains se sont prévalus de l’escompte de 60% qui leur est offerte pour un total de 3475 arbustes à être livrés et plantés à l’été 2010. Nous prévoyons l’embauche en 2010 d’un(e) chargé(e) de projet afin de poursuivre le travail enclenché en 2009, c'est-à-dire rencontrer les riverains qui n’ont pu l’être en 2009 afin de les sensibiliser à l’importance de revégétaliser leur bande riveraine Ces riverains bénéficieront eux aussi d'un escompte de 60% sur l'achat d'arbustes.

Références bibliographiques:

Gagnon, E., et G. Gangbazo (2007).
Efficacité des bandes riveraines : analyse de la documentation scientifique et perspectives, Québec, ministère
du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction des politiques de l’eau, ISBN :
978-2-550-49213-9, 17 p

Pelletier, E et Dumoulin, S. (2004) Étude socio-environnementale du lac Joseph. Association des riveraines et riverains du lac Joseph en collaboration avec la Corporation de gestion des rivières des Bois-Francs

GAGNÉ, Mélanie (2009) Rapport des activités de la Chargée de projet en bandes riveraines, secteur du Lac Joseph. Association des riveraines et riverains du lac Joseph en collaboration avec le Groupe de concertation du bassin versant de la Rivière Bécancour, Plessisville, 24 pages.